Bienvenue, Visiteur
Vous devez vous enregistrer avant de pouvoir poster.

Nom d’utilisateur
  

Mot de passe
  





Rechercher dans les forums

(Recherche avancée)

Statistiques du Forum
» Membres : 4
» Dernier membre : maxime
» Sujets du forum : 533
» Messages du forum : 781

Statistiques complètes

Derniers sujets
Un processeur IA alimenté...
Forum : News
Dernier message : ckforum
28-07-2020, 13:36
» Réponses : 0
» Affichages : 110
OpenMediaVolt 5 est dispo...
Forum : News
Dernier message : ckforum
05-04-2020, 09:42
» Réponses : 0
» Affichages : 3,550
Debian Linux 10 'Buster'
Forum : News
Dernier message : yoyo
01-08-2019, 08:48
» Réponses : 0
» Affichages : 2,781
NVIDIA Jetson Nano : un s...
Forum : News
Dernier message : ckforum
20-03-2019, 09:41
» Réponses : 0
» Affichages : 3,273
Microsoft et Naval Group ...
Forum : News
Dernier message : ckforum
09-06-2018, 14:44
» Réponses : 0
» Affichages : 3,556
Guide de visionnage Arrow...
Forum : Les Series
Dernier message : yoyo
03-06-2018, 08:57
» Réponses : 0
» Affichages : 2,961
Buyer's Guide Apple
Forum : News
Dernier message : yoyo
03-05-2018, 17:08
» Réponses : 0
» Affichages : 3,496
Nouvelle version de GMAIL
Forum : News
Dernier message : ckforum
29-04-2018, 02:17
» Réponses : 1
» Affichages : 4,668
Créer son avatar
Forum : News
Dernier message : yoyo
20-01-2018, 15:45
» Réponses : 0
» Affichages : 3,639
Six questions pour tout s...
Forum : News
Dernier message : ckforum
30-12-2017, 00:15
» Réponses : 0
» Affichages : 3,846

 
  Un processeur IA alimenté par la lumière bat tous les records de vitesse
Posté par : ckforum - 28-07-2020, 13:36 - Forum : News - Pas de réponse

Une équipe de chercheurs de la George Washington University a créé un processeur d’intelligence artificielle alimenté par la lumière plutôt qu’à l’électricité. Ce TPU se révèle plus performant et plus efficace, et pourrait marquer une avancée majeure dans le domaine du Machine Learning.

Les innovations se succèdent dans le domaine de l’intelligence artificielle, et permettent de simplifier ou d’accélérer le processus d’entraînement des algorithmes. Il y a quelques jours, des chercheurs californiens dévoilaient une nouvelle méthode permettant d’entraîner une IA sur un seul ordinateur.

À présent, ce sont les chercheurs de la George Washington University qui dévoilent leur découverte. En remplaçant l’électricité par la lumière pour alimenter les calculs, ils sont parvenus à rendre l’IA plus rapide et plus efficace. 


Jusqu’à présent, les processeurs utilisés pour le Machine Learning étaient limités par la puissance nécessaire au traitement des données. Ceci freinait leur capacité à effectuer des opérations complexes.

Plus la tâche est difficile, plus les données à traiter sont complexes, et plus la puissance requise est importante. De plus, la transmission des données entre le processeur et la mémoire est lente et restreint encore davantage les réseaux de neurones.

Or, en utilisant des photons au sein des TPUs des réseaux de neurones, les chercheurs ont découvert qu’il est possible de surmonter ces limites pour créer une IA plus puissante et plus efficace en termes d’énergie.


Le processeur IA basé sur les photons pourrait équiper les Data Centers et les réseaux 5G

https://www.youtube.com/watch?v=MXxN4fv0...e=emb_logo

Ainsi, leur TPU basé sur les photons a pu effectuer des calculs 2 à 3 fois plus complexes qu’un TPU électrique traditionnel. Pourtant, il ne consomme qu’une fraction de l’énergie nécessaire à un TPU électrique.

Cette innovation pourrait donc permettre d’économiser de vastes quantités d’énergie, d’améliorer le temps de réaction d’un processeur et de réduire le trafic des centres de données. De tels processeurs pourraient être déployés dans le domaine des réseaux 5G et 6G, ou encore dans les Data Centers.


Pour l’heure, il ne s’agit toutefois que d’une expérience scientifique et il sera nécessaire de patienter quelques années pour voir émerger les potentielles applications commerciales. L’étude des chercheurs de la George Washington University est publiée dans le journal Applied Physics Reviews.


source de l'information : https://www.lebigdata.fr/processeur-ia-lumiere

Imprimer cet élément

  OpenMediaVolt 5 est disponible
Posté par : ckforum - 05-04-2020, 09:42 - Forum : News - Pas de réponse

Openmediavault 5 peut faire office de serveur Time Machine par défaut

Openmediavault est un logiciel pour Linux qui permet de créer un NAS à partir de pratiquement n’importe quel ordinateur ou même un Raspberry Pi récent. Basé sur la distribution GNU/Linux Debian 10, il offre toutes les fonctions attendues d’un NAS qui peuvent être gérées par une interface web. La version 5 vient officiellement d’être finalisée, même si elle est en développement depuis fin 2018. Dans sa très longue liste de nouveautés, on note notamment la prise en charge de Time Machine via un partage SMB.

   

L’interface d’administration d’Openmediavault 5.
On pouvait déjà utiliser un NAS créé avec Openmediavault pour sauvegarder des Mac avec TimeMachine. Mais dans les versions précédentes, il fallait ajouter un plugin pour le faire avec AFP, l’ancien mécanisme de partage réseau d’Apple. Depuis macOS Sierra, Time Machine fonctionne aussi avec les partages SMB, qui ont ainsi remplacé totalement AFP. Pour que cela fonctionne, il fallait toutefois une version suffisamment récente du protocole et ce n’est qu’avec cette mise à jour qu’Openmediavault en a bénéficié.

Bref, si vous cherchez à créer un NAS à partir d’un Raspberry Pi1 ou d’un vieux Mac, vous pouvez configurer Openmediavault et l’utiliser pour vos sauvegardes Time Machine par défaut. Vous trouverez toutes les explications pour installer l’app à cette adresse, avec différentes méthodes selon le matériel utilisé.

source de l'article : https://www.macg.co/logiciels/2020/04/op...aut-113047

source officielle de l'annonce de la sortie : https://www.openmediavault.org/?p=2685
Attention à l'heure de ce post pas de MAJ prévue entre version 4 et 5 mais voir ce post ! : https://forum.openmediavault.org/index.p...tallation/

Imprimer cet élément

  Debian Linux 10 'Buster'
Posté par : yoyo - 01-08-2019, 08:48 - Forum : News - Pas de réponse

Ainsi que tous les administrateurs système Linux le savent, Debian Linux est la Rolls Royce des distributions Linux, grâce à sa stabilité et à son système de package inégalés. Si bien que de nombreuses distributions majeures s'appuient sur Debian. Comme par exemple Ubuntu Linux ou Linux Mint. Autant dire que la sortie d'une nouvelle Debian est un événement majeur dans le monde de Linux.

   

Debian Linux 'Buster' 10 est sortie depuis le 8 juillet  en version stable. Elle vient succéder à Debian 9 'Stretch'.

Debian 10 supporte les architecture  i386, amd64, arm64, armel (ARM EABI), ARMv7, MIPS, mipsel, miçps64el, ppc64el et System z (IBM)..

Le Secure Boot de l'UEFI est pour le première fois officiellement supporté par Debian.

Debian 10 apporte un soin particulier à la sécurité. Ainsi le système de packages APT inclut désormais la méthode HTTPS et Debian installe pour celui-ci la sandbox seccomp-BPF qui est une fonctionnalité de sécurité informatique du noyau Linux apparue avec la version 2.6. Seccomp permet a un processus d'effectuer une transition unidirectionnelle vers un état de sécurité dans lequel il ne peut plus effectuer d'appel système excepté exit(), sigreturn() ,read() et write() sur des descripteurs déjà ouvert. Si le processus essaie d'effectuer un autre appel système, le noyau terminera le processus avec le signal SIGKILL or SIGSYS. Le projet le plus important qui fait usage de Seccomp est incontestablement Docker.

Par ailleurs, Debian 10 Buster active AppArmor par défaut. Pour mémoire AppArmor permet à l'administrateur système d'associer à chaque programme un profil de sécurité qui restreint ses accès au système d'exploitation

Debian 10 Buster bénéficiera du support classique jusqu'en 2022 et du support à long terme jusqu'en 2024. La sortie de Debian 11 Bullseye est prévue pour 2021.

Source de l'arcticle :  https://www.programmez.com/actualites/so...ster-29179

Imprimer cet élément

  NVIDIA Jetson Nano : un super Raspberry Pi à 128 CUDA Cores pour 99 dollars
Posté par : ckforum - 20-03-2019, 09:41 - Forum : News - Pas de réponse

   
Alors que tout le monde attend des nouvelles du Raspberry Pi 4, NVIDIA a décidé de s'attaquer à un marché où Intel s'est planté avec son Galileo : un microPC aux possibilités décuplées. Une approche qui peut fonctionner puisque l'on y retrouve un SoC ARM, un GPU maison et une connectique complète. 

NVIDIA propose depuis quelques années déjà des plateformes de développement Jetson. Après celle à base de Tegra K1 en 2014, nous avons eu droit à Tegra X1 puis X2 les années suivantes. C'est finalement avec Jetson Xavier, dévoilé au Computex 2018 que les choses ont évolué. 

Désormais, la plateforme de développement maison est proposée en différentes déclinaisons sous la marque AGX : pour la robotique, mais aussi l'automobile ou encore le milieu médical. À l'occasion de l'édition 2019 de la GDC Silicon Valley, c'est un petit nouveau qui a été présenté : Jetson Nano.

Source de l'info : IMPACT HARDWARE

Imprimer cet élément

  Microsoft et Naval Group inaugurent leur premier serveur sous-marin
Posté par : ckforum - 09-06-2018, 14:44 - Forum : News - Pas de réponse

   
Le premier serveur à être immergé dans l'océan a été mis à l'eau le 5 juin par Microsoft et Naval Group. 
- Projet Natick-Microsoft

Et si l'eau était la meilleure alliée des serveurs ? A priori, le mariage ne va pas de soi. Mais à y regarder de plus près, faire fonctionner des serveurs sous l'eau permettrait d'économiser des précieuses ressources pour les refroidir, tout en étant plus proche des clients potentiels.

Ce raisonnement, c'est celui de nombreux géants informatiques, comme Microsoft. Depuis 2015, l'entreprise de Redmond a lancé  son projet Natick, qui veut mettre au point un serveur sous-marin pour économiser de l'énergie tout en étant facile à mettre en place.

Une conception française

Après  une première phase du projet en 2016, Microsoft a lancé la deuxième phase le 5 juin dernier avec la mise à l'eau de son premier prototype commercial de serveur sous-marin.
Le serveur a été immergé au large des îles des Orcades, en Ecosse, et peut fonctionner théoriquement sans maintenance pendant 5 ans. Pour ce projet cependant, sa durée de vie est fixée à un an avant de faire un bilan avec le français Naval Group (ex-DCNS), partenaire de Microsoft.


L'entreprise française, dont l'Etat détient encore la majorité, et qui fabrique notamment  des sous-marins militaires, a remporté un appel d'offres international en décembre 2016.
L'ensemble de la conception de la structure et le suivi du projet Natick ont été effectués en France, dans les différentes usines du groupe, qui a utilisé à plein ses compétences de sous-marinier et en énergies marines. « Nous avons travaillé de manière extrêmement rapprochée avec Microsoft, afin de comprendre comment fonctionnaire un serveur et quel besoin il pouvait avoir », explique aux « Echos » Béatrice Nicolas-Meunier, « Project Natick Manager » pour Naval Group. 

Un environnement « idéal »

Le serveur est conçu de telle façon qu'il puisse continuer à fonctionner en cas de problème, grâce notamment à des pièces et des structures redondantes. « Nous avons aujourd'hui un environnement stable en température, sans oxygène et sans mouvement. C'est idéal pour augmenter la durée de vie d'un serveur et regarder comment il va se comporter dans le temps », explique Béatrice Nicolas-Meunier.

Dans le détail, l'infrastructure du serveur est pilotée à distance depuis Brest par les équipes de Naval Group. Les ordinateurs eux-mêmes sont gérés à distance par Microsoft, comme n'importe quel serveur. Cerise sur le gâteau pour Naval Group : l'énergie servant à alimenter le projet Natick provient en partie d'un de ses projets d'hydroliennes dans les Orcades, réalisé par sa filiale Naval Energies. Le câble alimentant le serveur sert également à le connecter à Internet.

Vers un avantage pour Microsoft ?

Alors que les utilisations du cloud sont en pleine croissance à travers le monde, le projet Natick pourrait permettre à Microsoft d'avoir une longueur d'avance sur ses concurrents.  Google et  Schneider Electric ont déjà des serveurs sous l'eau, mais dans une mer et un lac. Plus largement, Google, Amazon ou Apple sont engagés dans une course pour construire les serveurs  les plus verts tout en étant les plus efficaces possible.


   
Les serveurs Microsoft ont été insérés dans un tube scellé, fabriqué par Naval Group. - Projet Natick-Microsoft

Cette efficacité rime bien souvent avec proximité, afin de réduire la latence et donner une impression d'immédiateté pour les utilisateurs. Comme le rappelle Microsoft, 50 % de la population mondiale vit à moins de 200 kilomètres des côtes, ce qui donnerait un avantage pour l'entreprise qui parviendra à maîtriser cette technologie.

Microsoft annonce également que les serveurs Natick sont construits à partir de matériaux recyclés et sont entièrement recyclables après usage. Et de fixer un temps de déploiement record : 90 jours, au lieu de 2 années pour un serveur « à terre ».

Naval Group pas assuré de continuer avec Microsoft

Reste maintenant à savoir si cette idée est viable économiquement. Les serveurs immergés sont conçus pour ne consommer que 240 Watts par heure, ce qui devrait représenter un coût moindre comparé à leurs cousins terrestres, mais d'autres facteurs seront à prendre en compte. « Microsoft va s'attacher à regarder le coût complet du dispositif, mais nous savons d'ores et déjà que les idées fusent du côté du board de Microsoft pour l'avenir », explique Béatrice Nicolas-Meunier.

De fait, l'enjeu est majeur pour Naval Group. Si les équipes des deux entreprises se sont bien entendues, l'entreprise française n'est en aucun cas assurée d'être présente pour la prochaine phase du projet, celle de la conquête internationale. Selon la dirigeante, l'avenir du partenariat entre les deux entreprises pourrait être décidé « d'ici quelques semaines ou quelques mois ». 

source : LesEchos

auteur : Etienne Combier

Imprimer cet élément