Amazon va mettre Alexa de côté après sa chute en Bourse
Posté par : yoyo - 26-11-2022, 20:54 - Forum : News - Pas de réponse
Auteur

   

Amazon a décidé de faire des coupes franches dans ses projets non essentiels. Alexa, l’assistant personnel intelligent de la compagnie, fait apparemment partie de ceux-là.

À l’instar des autres membres du GAFAM, 2022 fut une année noire pour Amazon. Le mastodonte de l'e-commerce a même accroché le triste record de l’entreprise ayant subi la plus grosse baisse de cotation de l’histoire de la bourse américaine. En un peu plus d’un an, Amazon a perdu 1000 milliards de dollars de valeur. Une chute vertigineuse de plus de 53 %. Dans ces conditions, les responsables de la compagnie ont décidé de freiner les investissements dans les projets non essentiels. L’assistant personnel intelligent Alexa fait partie de ceux-là.

C’est The Wall Street Journal qui révèle l’information : le PDG d’Amazon évalue personnellement la suite à donner au programme Alexa. Le géant du commerce en ligne mène depuis plusieurs mois un audit interne qui vise à faire des coupes franches dans toutes les filiales non rentables. Le journal américain affirme qu'avec ses 10 000 employés, la division Alexa d’Amazon fonctionne à perte. Elle engendre un déficit de 5 milliards $ annuels en coût d’exploitation. Les Amazon Echo et autres objets connectés de la marque sont des produits d’appel. Ils ne rapportent pas grand-chose et font même peut-être perdre de l’argent à la compagnie.

ALEXA FAIT PERDRE DE L'ARGENT À AMAZON, SON DÉVELOPPEMENT VA ÊTRE MIS EN PAUSE

Les équipes chargées de la recherche et du développement d’Alexa pourraient donc être fortement réduites. Cela freinera d’autant l’évolution de l’assistant intelligent si emblématique de la compagnie. La question pour les financiers se pose en ces termes : faut-il continuer d’ajouter des fonctionnalités telles que les réponses sponsorisées par de la pub, à un assistant vocal qui ne remporte pas autant de succès que ceux de la concurrence  ? Les technologies d’Alexa sont très avancées, mais les statistiques collectées par Amazon montrent que les utilisateurs sont très loin de les exploiter à leur plein potentiel.

D’autres géants de la Silicon Valley partagent les mêmes déboires qu’Amazon. Meta, en premier lieu, a dû licencier pas moins de 10 000 employés, alors que Twitter s’est séparé de la moitié de sa main-d’œuvre. Des mesures qui ne suffisent cependant pas à enrayer une spirale descendante. Seul Apple tire son épingle du jeu. La valeur boursière de la marque à la pomme est presque équivalente à celle cumulée de Facebook, Amazon et Google et Microsoft.


Source de l'information : https://www.phonandroid.com/amazon-va-me...ourse.html

Imprimer cet élément

  MASTODON : TOUT SAVOIR SUR LE RÉSEAU SOCIAL QUI SÉDUIT LES DÉÇUS DE TWITTER
Posté par : yoyo - 02-11-2022, 23:37 - Forum : News - Pas de réponse
Auteur

   

Après l’officialisation du rachat de Twitter par Elon Musk, de nombreux internautes ont fait part de leur intention de quitter la plate-forme désormais dans les mains du patron de Tesla au profit de Mastodon, présenté comme une alternative indépendante.

«L’oiseau est libéré», a tweeté Elon Musk, jeudi 27 octobre, après avoir officialisé le rachat de Twitter pour 44 milliards de dollars. Mais depuis l'acquisition du réseau social à l’oiseau bleu par l'homme d'affaires, beaucoup d’utilisateurs ont fait part de leur intention de quitter la plate-forme, pour se diriger vers Mastodon.

Créé en 2016, le réseau social au mammouth en guise de logo a en effet vu son nombre d’utilisateurs augmenter considérablement, «d’environ 70.000» pour la seule journée du 29 octobre, a annoncé la plate-forme dans un message sur Twitter, venant narguer son concurrent.

En effet, les adeptes de Twitter s’interrogent sur les changements qui pourraient y être apportés. Celui qui s'est rebaptisé «Chief Twit», Elon Musk a évoqué, ces derniers mois, ses projets pour le réseau social, à savoir le retour de Donald Trump, une plus grande «liberté d’expression» ou encore la lutte contre les spams.

«UN RÉSEAU SOCIAL QUI N'EST PAS À VENDRE»
C'est dans ce contexte que Mastodon tire son épingle du jeu. Dans un post de blog, le réseau social a par ailleurs vanté ses qualités et ses différences par rapport à Twitter. On peut ainsi y découvrir un réseau qui revendique «ne pas être à vendre» sur sa page d'accueil.

«Votre fil devrait être rempli de ce qui vous importe le plus, et non de ce qu'une entreprise pense que vous devriez voir», explique en préambule Mastodon qui fait valoir qu'aucune publicité, ni aucun algorithme ne vient scruter vos habitudes sur sa plate-forme. Chaque serveur est décentralisé afin de ne pas laisser l'ensemble des échanges au mains d'une seule entreprise comme c'est le cas par exemple sur Twitter ou Facebook. Enfin, ce logiciel open-source se veut libre et à but non-lucratif.

Twitter se trouve dans une situation similaire à celle dans laquelle se trouvait WhatsApp face aux messageries Telegram et Signal début 2021, après des changements controversés annoncés sur la politique de confidentialité de la célèbre messagerie du groupe Meta.

COMMENT S'INSCRIRE SUR MASTODON ?
Pour les internautes qui souhaitent franchir le pas, Mastodon est accessible par le biais d'une appli mobile mais aussi via un navigateur internet classique. Si les médias parlent ici d'alternative à Twitter, il est important de préciser que cette plate-forme ne fonctionne pas de la même manière que celle de l'oiseau bleu. Mastodon fonctionne via un système d'«instances» où il faudra vous connecter par la suite, puisque les serveurs ne sont pas les mêmes selon l'instance choisie.

Lorsque vous vous inscrivez, vous allez être amené à choisir un nom d'utilisateur, mais également à bien noter l'URL de votre instance. Par la suite, la plate-forme va permettre de s'abonner à divers profils et sujets, mais aussi à poster vos messages. C'est en ce sens que Mastodon rejoint Twitter.

Source de l'information :  https://www.cnews.fr/vie-numerique/2022-...de-twitter

Autre info :https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/2022-11-02/ce-qu-il-faut-savoir-sur-mastodon-le-reseau-social-ou-s-inscrivent-les-decus-de-twitter-2478b622-b9e1-4c12-af91-e4fce7c6ac05

Imprimer cet élément

  Paramount+ arrive en France, par l’intermédiaire de Canal+ !
Posté par : yoyo - 30-10-2022, 11:44 - Forum : News - Pas de réponse
Auteur

   


Prix, date de lancement, catalogue : l’arrivée de Paramount+ en France soulève quelques questions. Oui, un nouvel entrant sur le marché de la SVOD, cela peut sembler redondant… Mais, au fond, la firme dispose de plusieurs atouts.
Après Amazon Prime Video, Disney+, Apple TV+, Netflix, vous reprendrez bien encore un peu de plateforme de SVOD ? Paramount+ arrive dans l’hexagone le 1er décembre 2022, a annoncé le studio américain. Le tarif n’est pas donné : il faudra compter 7,99 euros par mois, ou 79,90 euros par an. Mais, il peut surprendre, grâce à un catalogue de films et de séries que l’on a jusqu’ici peu vus en France sur les autres services de vidéo à la demande par abonnement.

Que contient l’abonnement Paramount+ ?

Lorsque Disney a lancé sa plateforme de SVOD en 2020, le tarif français était de 6,99 euros par mois, pour de très nombreux contenus de la franchise (Star Wars, Marvel, Disney, Pixar et National Geographic). Ici, Paramount+ se lance avec un certain déficit d’image ; même s’il s’agit d’un des plus gros studios hollywoodiens, la France connait peu cette marque.


Paramount est toutefois un immense groupe qui possède plusieurs studios et marques :
  • Showtime, l’une des meilleures chaînes américaines, qui a par moment titillé HBO avec ses contenus sombres et qualitatifs (Dexter, Homeland, Masters of Sex, The Affaire, The Big C, Californication), etc
  • Comedy Central, qui héberge la célèbre série animée comique South Park, mais aussi Futurama, Broad City, Inside Amy Schumer, etc
  • MTV (a-t-on besoin de la présenter ?)
  • Nickelodeon (Bob l’Éponge, les Razmoket)
  • Paramount Pictures, qui a produit de très nombreux films cultes comme le Parrain, Top Gun, Forrest Gump, Titanic, etc
  • Smithsonian Channel (dédiée aux documentaires liés à la planète)


Comme l’a fait remarquer le compte spécialisé Films de Lover sur Twitter, il est rare que des services de SVOD aient fait l’unanimité à leur lancement, à cause de leurs catalogues souvent restreints, qui s’étendent par la suite. Il n’y aura donc pas forcément toutes ces excellentes productions disponibles immédiatement sur Paramount+, mais elles pourraient y arriver à mesure que les droits de diffusion arrivent à leurs termes et doivent se renégocier. Paramount pourrait alors finir par avoir un sacré catalogue pour faire face à la concurrence.

Comment les Français pourront-ils accéder à Paramount+ ?

Par Canal+

Paramount lance son offre de SVOD en partenariat avec Canal+ : le groupe français l’a confirmé dans un tweet publié le 18 octobre 2022. Paramount+ sera contenu dans l’abonnement Canal+ Ciné/Séries : « Les abonnés récents au service Canal+ Ciné Séries verront Paramount+ intégré dans leur offre sans surcoût, les autres bénéficieront de conditions d’accès très avantageuses », a confié Canal+ aux Echos.

Par d’autres moyens

Paramount+ sera aussi accessible :
  • Sur mobile et ordinateur
  • Sur les téléviseurs connectés Samsung TV
  • Via Apple TV, Amazon Fire Stick, et télévisions connectées Google et Roku

Combien d’abonnés à Paramount+ ?

Marco Nobili, vice-président exécutif et directeur général de Paramount+ à l’international, a indiqué aux Échos qu’il y aurait déjà 43 millions d’abonnés et abonnées à Paramount+ dans le monde, depuis son lancement en 2021. La firme en viserait 100 millions d’ici fin 2024.

Imprimer cet élément

  Netflix va faire payer à ses abonnés le partage de compte à partir de 2023
Posté par : yoyo - 30-10-2022, 09:04 - Forum : News - Pas de réponse
Auteur

   

La chasse aux comptes partagés est bientôt terminée chez Netflix. Lors de l’annonce de son bilan trimestriel mardi 18 octobre, le service de streaming s’est laissé aller à une petite confidence qui va avoir de grandes conséquences pour de nombreux utilisateurs. “Nous avons trouvé une approche réfléchie pour monétiser le partage compte et nous allons commencer à le déployer plus largement à partir de 2023”, a ainsi annoncé Netflix.

Après une fuite massive d’abonnés durant les deux derniers trimestres, une première dans l’histoire du grand “N” rouge, c’est une tendance à la hausse qui se dessine chez Netflix avec l’arrivée de 2,4 millions d’abonnés supplémentaires sur le dernier trimestre. Une hausse que le géant américain du streaming espère bien faire fructifier dans les mois à venir grâce à, notamment, son futur abonnement Essentiel avec pub qui sera proposé dès le jeudi 3 novembre en France à partir de 5,99€ par mois, avec quelques caractéristiques particulières.



Un supplément de 3 à 4 euros pour partager son compte

Si tout cela semble aller dans le bon sens pour Netflix, il semble que pour les utilisateurs, le futur ne soit pas aussi rose. Ce n’est pas nouveau, la guerre contre les comptes partagés a été lancée depuis maintenant plusieurs mois mais sans jamais que la firme américaine ne réussisse vraiment à trouver une solution… jusqu’à maintenant. Cette dernière a déclaré que la fin de la gratuité du partage de compte serait pour début 2023, sans vraiment donner une date précise.

Selon les différents tests effectués dans certains pays d’Amérique latine, la somme de 3 ou 4 euros pourrait être ajoutée tous les mois par compte visionnant du contenu en dehors du foyer. Comprenez que les personnes ne vivant pas sous le même toit, et consommant des séries et films sur le même compte, verront la facture du titulaire de ce dernier augmenter de 3 ou 4 euros par profil utilisé.

Imprimer cet élément

  Une version spécifique du ransomware Black Basta cible les serveurs VMware ESXi
Posté par : yoyo - 09-06-2022, 11:38 - Forum : News - Pas de réponse
Auteur

Un de plus ! Le ransomware Black Basta prend désormais en charge le chiffrement des machines virtuelles sur des hôtes VMware ESXi. Il vient s'ajouter à la liste des ransomwares compatibles VMware ESXi, qui ne cesse de s'agrandir.

   


Pour les pirates informatiques, les hyperviseurs représentent la cible idéale, car en compromettant un seul serveur, ils peuvent en chiffrer plusieurs puisque le serveur VMware ESXi héberge plus ou moins de machines virtuelles selon les entreprises. Ainsi, l'attaque peut s'avérer plus rapide tout en étant dévastatrice.

Les analystes en sécurité d'Uptycs ont remarqué qu'il existe une version du ransomware Black Basta qui cible spécifiquement les serveurs VMware ESXi. De ce fait, le nom de ce ransomware vient s'ajouter à la liste de ceux qui sont déjà en mesure de s'attaquer aux hyperviseurs VMware, notamment LockBit, HelloKitty, Hive, AvosLocker ou encore plus récemment, Cheerscrypt.


Lorsqu'il entre en action, Black Basta va faire comme ses petits copains : il va rechercher la présence de banque de données dans le répertoire "/vmfs/volumes" du serveur afin de détecter l'emplacement des machines virtuelles. S'il ne trouve rien, il s'arrête, mais s'il trouve des machines virtuelles, il s'en prend aux VMs.

Pour chiffrer les machines virtuelles, le ransomware d'appuie sur l'algorithme ChaCha20 et sur du multithreading afin que la phase de chiffrement soit plus rapide. Les différents fichiers chiffrés se retrouvent avec l'extension ".basta" et un fichier "readme.txt" avec des notes (notamment un ID unique pour que les cybercriminels identifient la victime) est déposé dans chaque dossier.

Le ransomware Black Basta est assez récent, car il a été vu pour la première fois en avril 2022, et à ce moment-là, il s'attaquait aux serveurs Windows. Désormais, les pirates se tournent vers les serveurs VMware ESXi. "D'après le lien qui mène au chat et l'extension du fichier chiffré, nous pensons que les acteurs à l'origine de cette campagne sont les mêmes que ceux qui ont ciblé les systèmes Windows auparavant avec le ransomware Black Basta.", précisent les analystes d'Uptycs.

Source de l'info :

https://www.it-connect.fr/une-version-sp...ware-esxi/ 

https://www.bleepingcomputer.com/news/se...i-servers/

Imprimer cet élément