Statistiques du Forum
» Membres : 4
» Dernier membre : maxime
» Sujets du forum : 793
» Messages du forum : 1,168

Statistiques complètes

Derniers sujets
VMware abandonne les lice...
Forum : News
Dernier message : yoyo
08-05-2024, 20:57
» Réponses : 0
» Affichages : 102
VMWare se meurt et Fin de...
Forum : News
Dernier message : yoyo
08-05-2024, 20:08
» Réponses : 0
» Affichages : 99
Fin de vie pour CentOS, q...
Forum : News
Dernier message : yoyo
20-04-2024, 12:25
» Réponses : 0
» Affichages : 320
L’IA résout le casse-tête...
Forum : News
Dernier message : ckforum
29-02-2024, 00:53
» Réponses : 0
» Affichages : 411
Une batterie nucléaire qu...
Forum : News
Dernier message : ckforum
14-01-2024, 09:38
» Réponses : 0
» Affichages : 828
Brave sort officiellement...
Forum : News
Dernier message : ckforum
03-11-2023, 13:25
» Réponses : 0
» Affichages : 831
Un sauveur inattendu repr...
Forum : News
Dernier message : yoyo
23-07-2023, 06:29
» Réponses : 0
» Affichages : 1,935
Brave : Que vaut ce navig...
Forum : News
Dernier message : ckforum
28-06-2023, 17:45
» Réponses : 0
» Affichages : 2,394
Sosh : la 5G arrive enfin...
Forum : News
Dernier message : yoyo
03-06-2023, 15:30
» Réponses : 0
» Affichages : 2,242
Disque de stockage 5D : l...
Forum : News
Dernier message : yoyo
03-05-2023, 21:22
» Réponses : 0
» Affichages : 2,211

  Brave sort officiellement son IA conversationnelle façon ChatGPT
Posté par : ckforum - 03-11-2023, 13:25 - Forum : News - Pas de réponse
Auteur

L’entreprise derrière le navigateur Brave vient de rendre disponible son nouveau chatbot intelligent, pour concurrencer ChatGPT. Le focus est, évidemment, mis sur la vie privée.

   

Brave veut continuer à diversifier son catalogue de produit. Après un navigateur web et un moteur de recherche, l’entreprise vient de rendre disponible, pour le grand public, son IA façon ChatGPT. Cette dernière, qui met l’accent sur la vie privée, était en phase de test depuis de nombreux mois dans les versions bêta du navigateur web, mais vient d'arriver sur la version stable du logiciel. L’idée est de concurrencer la solution d’OpenAI, tout en évitant d’avaler les données personnelles de ses utilisateurs et utilisatrices.

Un ChatGPT respectueux de la vie privée
L’IA de Brave est accessible directement depuis l’interface du navigateur, soit en tapant une requête dans la barre d’adresse, soit en invoquant une interface dédiée avec le bouton en forme d’étoile, présent dans la barre latérale du navigateur. À noter que seule la version 1.60 du logiciel permet de discuter avec Leo.

Question fonctionnalité, Brave promet que Leo saura répondre à toutes vos questions, demandes et requêtes, comme un ChatGPT sans les fonctionnalités avancées d’analyse d’image ou de synthétisation de fichiers PDF. L’outil vous permettra de synthétiser le contenu d’une page web, créer du contenu à la volée ou vous aider dans la création de scripts et de bouts de codes.

Bien évidemment, l’argument N° 1 de l’IA de Brave est la protection de la vie privée. Contrairement à d’autres outils concurrents, Leo va dissocier les requêtes qui lui sont adressées des adresses IP des internautes (grâce à un mécanisme de reverse-proxy), les discussions ne sont pas conservées sur un quelconque serveur et ne serviront pas à l’entraînement de l’IA. Aucun compte et aucune information personnelle ne sont nécessaires pour commencer à utiliser Leo.

Une version Premium à 15$ par mois
Techniquement, l’IA de Brave utilise Llama 2, le modèle de langage développé par Meta. Une version « Premium » de l’outil (accessible via un abonnement à 15 $ par mois) permet de basculer sur Claude, un modèle de langage développé par Anthropic et « qui excelle dans le raisonnement logique et le codage » d’après Brave. « Leo est conçu de manière à ce que de nombreux modèles différents puissent y être connectés. […] D’autres modèles seront proposés au fil du temps et les utilisateurs pourront choisir », a précisé le responsable technique de l’entreprise dans une réponse faite au média The Verge.

Pour le moment, Leo n’est disponible que sur Windows, macOS et Linux. L’application Brave sur Android et iOS n’a pas encore le droit de jouer à la magie de l’IA, mais Brave a promis que cela serait corrigé « dans les prochains mois ».

Source de l'article : https://www.clubic.com/actualite-507538-...atgpt.html

Imprimer cet élément

  Un sauveur inattendu reprend les mini PC NUC d’Intel
Posté par : yoyo - 23-07-2023, 06:29 - Forum : News - Pas de réponse
Auteur

Les NUC

Les fameux mini PC d'Intel ne vont disparaître grâce à ASUS. Le fabricant prend en charge les NUC actuels et continuera de développer de nouveaux modèles.

   

La fin des NUC (Next Unit of Computing), ce n’est pas pour aujourd’hui. Il y a quelques jours, Intel créait la surprise en annonçant sa volonté de se retirer ses mini PC du marché. Sortis en 2013, les NUC répondaient alors à la volonté de proposer des machines dans un format mini. Au gré des mises à jour, la gamme s’est diversifiée pour répondre aux usages et aux besoins de ses utilisateurs, voyant également la concurrence s’intensifier. Désireux de changer de voie alors que les ventes de PC chutent après l’embellie des années Covid, Intel a finalement indiqué l’arrêt de ses investissements dans les NUC. La fin d’une aventure, mais pas la fin de la branche NUC qui va connaître une seconde jeunesse.

ASUS à la rescousse des mini PC NUC

Intel et ASUS ont signé un accord pour permettre au fabricant taïwanais de reprendre la gamme. Concrètement, ASUS sera en mesure de continuer à fabriquer, vendre et prendre en charge des appareils NUC  de la 10e à la 13e génération. Le constructeur pourra aussi développer de futurs systèmes NUC.

   

« Notre équipe chargée des systèmes NUC a fourni des produits uniques qui ont stimulé l’innovation sur le marché des systèmes de très petite taille. Alors que nous réorientons notre stratégie pour permettre aux partenaires de l’écosystème de poursuivre l’innovation et la croissance des systèmes NUC, notre priorité est d’assurer une transition en douceur pour nos clients et nos partenaires. Je suis impatient de voir ASUS continuer à fournir des produits exceptionnels et à soutenir les clients de nos systèmes NUC », explique Sam Gao, le vice-président d’Intel.

ASUS sauve les NUC et il ne sera pas seul

Acteur important du marché du PC, ASUS aura le droit d’utiliser le nom NUC et donne d’ailleurs naissance à une division appelée ASUS NUC BU (Business Unit). Le fabricant n’est pas non plus un novice en la matière et propose déjà des mini PC, dont une série PN. Présenté par Intel comme « un partenaire idéal » pour continuer l’aventure NUC, ASUS pourrait ne pas rester seul très longtemps. En effet, la firme taïwanaise récupère une licence « non exclusive » et d’autres marques pourront également se rapprocher d’Intel pour proposer des NUC.

Malgré un potentiel évident et un intérêt certain, les NUC n’ont pas toujours été mis en avant par Intel. Un discours qui se vérifie en France, alors même que le catalogue comprend des références intéressantes. De plus, le succès pour les petits formats est plus que jamais d’actualité comme en témoigne le succès du Mac mini d’Apple. Sous Windows, on trouve des références chez des constructeurs historiques (ASUS, Acer, MSI, Zotac…) et plus récemment chez des spécialistes chinois. On peut citer Beelink ou encore Geekom (lire notre test du Geekom AS 6), et même Xiaomi.


Source de l'information : https://www.journaldugeek.com/2023/07/20...uc-dintel/

Imprimer cet élément

Heart Brave : Que vaut ce navigateur par rapport à Chrome ?
Posté par : ckforum - 28-06-2023, 17:45 - Forum : News - Pas de réponse
Auteur

Les navigateurs web sont plus nombreux que jamais, et beaucoup d’entre eux desservent des niches différentes. Brave en est un exemple : il met l’accent sur la protection de la vie privée des utilisateurs et réimagine radicalement la façon dont la publicité en ligne devrait fonctionner.

Brave est basé sur Chromium, le code open-source qui est à la base de Google Chrome. Mais est-ce que c’est bien fait ? Et pour ceux qui utilisent Google Chrome, cela vaut-il la peine de passer à Brave ?

Quel est l’histoire de Brave

Lorsque Brendan Eich (inventeur du langage JavaScript et du navigateur Firefox) et Brian Bondy ont fondé Brave en 2015, ils ont voulu s’attaquer à ce qu’ils percevaient comme le plus grand problème de l’internet moderne : la publicité intrusive.

La publicité est le carburant qui alimente internet, permettant aux sites (comme RDV Du Numérique) et aux créateurs de monétiser leur contenu sans faire payer les utilisateurs pour chaque article lu ou chaque vidéo regardée.

Cela dit, Eich et Bondy pensent qu’elle présente des inconvénients assez importants, citant l’atteinte à la vie privée des traqueurs publicitaires, ainsi que l’impact négatif qu’elle a sur l’expérience globale de l’utilisateur.

La première version de Brave est née au milieu de deux tendances importantes, qui ont finalement défini le nouveau navigateur.

Tout d’abord, la révolution de la cryptomonnaie était en plein essor. Les entreprises et les particuliers créaient leurs propres cryptomonnaies, qui atteignaient rapidement une capitalisation boursière de plusieurs milliards de dollars.

Ensuite, la technologie de blocage des publicités est devenue courante. À la moitié de la décennie, des millions de personnes bloquaient les publicités en ligne sur tous les navigateurs, ordinateurs de bureau et téléphones portables.

Brave a été l’un des premiers navigateurs à inclure des bloqueurs de publicité et de traçage, en faisant un bond en avant comme Opera. Il était également doté de sa propre devise de cryptomonnaie, appelée BAT (ou Basic Attention Token), permettant aux utilisateurs de payer les sites et les créateurs qu’ils aiment sans dépenser un centime.

Brave veut essentiellement réimaginer le fonctionnement d’Internet : pas seulement au niveau de la convivialité, mais aussi au niveau économique. C’est une vision indéniablement radicale, mais on n’en attend pas moins, compte tenu de son équipe fondatrice.

Un navigateur avec bloqueur de pubs intégré

Le navigateur Brave se caractérise par une attention sans équivoque à la vie privée des utilisateurs. Son principal mécanisme pour y parvenir est appelé “Brave Shields”, qui combine la technologie traditionnelle de blocage des traqueurs, associée à plusieurs réglages du navigateur.

   

Cette fonction est activée par défaut, bien que les utilisateurs puissent facilement la désactiver si elle entraîne des bugs sur un site. Comme vous pouvez vous en douter, Brave bloque la plupart des traqueurs et la liste est régulièrement mise à jour.

Brave, un navigateur qui assure votre sécurité

Brave Shields oblige également les sites à utiliser le HTTPS. En forçant les utilisateurs à utiliser une version cryptée d’un site web, il rend plus difficile pour les personnes de votre réseau d’intercepter et d’interférer avec le contenu que vous visitez.

Bien que cela semble abstrait, c’est plus courant que vous ne le pensez et ça permet de lutter contre les problèmes de sécurité et de protection de la vie privée.

Outre Shields, Brave dispose d’un navigateur TOR intégré. TOR permet aux utilisateurs de contourner la censure locale – comme celle qui se produit au niveau national ou au niveau des fournisseurs d’accès Internet – en acheminant le trafic par d’autres ordinateurs sur son réseau décentralisé. Il fonctionne un peu comme un VPN.

   

Comment fonctionne le BAT (cryptomonnaie de Brave)

Comme mentionné, Brave utilise sa propre cryptomonnaie, appelée BAT, pour récompenser les sites pour le contenu qu’ils apprécient.
Le versement de pourboires par microtransactions n’est pas nouveau. Flattr l’a mis en place il y a presque dix ans. Ce qui est différent avec le BAT, c’est à la fois la mise en œuvre et l’échelle.
Alors que Flattr utilisait des monnaies traditionnelles (j’entends par là des monnaies comme la livre, le dollar et l’euro), Brave a sa propre monnaie virtuelle (convertible en €/$…) basée sur l’Ethereum. Et, en tant que navigateur ayant des aspirations grand public, Brave peut offrir ce concept à des millions de personnes.
On va essayer d’être un peu plus clair.

Les utilisateurs peuvent choisir d’utiliser Brave sans même toucher au système de micropaiements. Par défaut, il est désactivé.
Si vous décidez d’y adhérer, les utilisateurs peuvent acheter des BAT sur des sites spécialisés comme Coinbase.
Le moyen GRATUIT de recevoir des BAT, c’est de regarder des publicités “respectueuses de la vie privée”.

Plutôt que les bannières publicitaires traditionnelles, ces publicités se présentent sous la forme de notifications. Les utilisateurs peuvent choisir de supprimer la notification ou de l’ouvrir si elle les intéresse.
Contrairement aux réseaux publicitaires traditionnels, l’annonceur n’est pas en mesure d’établir un profil de vous et de vos intérêts.
Sur l’ensemble des recettes publicitaires que Brave reçoit, il partage 70 % avec les utilisateurs, en conservant une part de 30 %.

Il convient également de noter que le programme publicitaire de Brave n’est disponible que dans une poignée de pays, pour la plupart dispersés en Europe et en Amérique.
Une fois que vous avez un peu de BAT, vous pouvez les dépenser. Vous pouvez choisir de contribuer automatiquement à des sitesou à des créateurs (youtube, twitch…) de manière ponctuelle.
Vous pouvez même donner des BAT à des tweets. Lorsque vous ouvrez Twitter via votre navigateur, Brave ajoutera automatiquement un bouton à chaque message. En appuyant sur ce bouton, une fenêtre déroulante s’ouvrira, dans laquelle vous pourrez confirmer votre contribution.

La plupart des sites de tech, de cryptomonnaie et certains journaux accepte les dons en BAT. Brave prévoit également de permettre aux utilisateurs de dépenser leurs récompenses pour des avantages plus réel : séjours à l’hôtel, cartes-cadeaux et ticket restaurant, par exemple. Au moment de la publication, ce système n’est pas encore disponible.

   

Brave VS Google Chrome

Google Chrome domine la majorité du marché des navigateurs, avec d’autres concurrents, dont Brave, à la traîne.
En octobre, la société à l’origine de Brave a fait état de huit millions d’utilisateurs actifs par mois et de 2,8 millions d’utilisateurs actifs par jour.
Bien que ce soit de l’argent de poche dans l’écosystème Internet au sens large, cela reste assez impressionnant pour une jeune entreprise qui tente de perturber un marché dominé par une petite poignée d’acteurs bien implantés, comme Mozilla, Google, Microsoft et Apple.

Brave promet d’être plus rapide et moins gourmand en énergie que les navigateurs concurrents, et il tient ses promesses. Les références scientifiques, ainsi que mes propres expériences anecdotiques, en témoignent. De plus, lorsque vous ouvrez un nouvel onglet, Brave vous montre le temps que vous avez gagné en l’utilisant.

J’étais assez dubitatif au début. Je ne voulais pas changer de navigateur, car je n’avais pas envie de perdre tous mes favoris, mots de passe et extensions. Mais Brave a été très intelligent sur ce point, il utilise Chromium. En gros, si vous êtes un utilisateur de Chrome, vous pouvez transférer toute vos données en un seul clic lorsque vous commencez à utiliser Brave.

Toutes les extensions que vous utilisez dans Chrome sont utilisables sur Brave, c’est un gros avantage. Au final, il ne m’a pas fallu plus de 5 minutes avant de retrouver toutes les bases que j’avais déjà sur Google Chrome. Depuis, je ne quitte plus Brave !

Source de l'article : https://rdv-du-numerique.com/brave-avis/


PS : Perso j'ai adopter, même paramètrage que Chrome y compris dans la logique des icone pour ses favoris il suffit juste de les exporter dans chrome et de les importer dans BRAVE ils seront équivalent. il est vraiment plus rapide et surtout moins gourmand et evite en effet le tracking excessif des sites web... A adopter 

Imprimer cet élément

  Sosh : la 5G arrive enfin avec un premier forfait généreux
Posté par : yoyo - 03-06-2023, 15:30 - Forum : News - Pas de réponse
Auteur

Après plus d'un an d'attente, il est enfin possible de souscrire à un forfait 5G chez Sosh. La marque low-cost de chez Orange vient de lancer un nouveau forfait de 140 Go à 20,99 euros par mois. Mais la concurrence déjà bien implantée sur ce secteur n'a-t-elle pas déjà pris trop d'avance ?

   

C’est que l’on aurait presque failli attendre ! Après plus d’un an de teasing, c’est enfin devenu une réalité : la 5G chez Sosh est enfin disponible. L’opérateur mobile low cost d’Orange vient de lancer son premier forfait certifié 5G dans son offre, à savoir un forfait 5G de 140 Go facturé à 20,99 euros par mois, toujours sans engagement. Concernant la data valable en Europe et les DOM, elle est de 25 Go.


Update : Sosh vient visiblement de faire machine arrière quant à la disponibilité de son nouveau forfait pour les anciens clients. Il est en effet possible d’y souscrire si l’on possédait déjà un forfait 4G et de le basculer sur la nouvelle offre depuis son espace client.

   

Il convient de mentionner que cette annonce entraîne également la suppression d’une offre : le forfait de 70 Go à 25,99 euros par mois, qui avait probablement du mal à se distinguer face à des offres similaires de nombreux opérateurs virtuels (MVNO). Cependant, le forfait de 130 Go à 15,99 euros par mois est maintenu.

La 5G chez Sosh arrive trop tard ?

Le marché des forfaits 5G est déjà mature. La plupart des MVNO proposent depuis déjà plus d’un an des offres ultra-compétitives en 5G. En comparaison, Cdiscount mobile et NRJ Mobile (deux MVNO fonctionnant sous le réseau de Bouygues télécom) proposent tous deux un forfait 5G de 150 Go à 15,99 euros par mois, toujours sans engagement et sans condition de durée. Malgré la force de frappe de Sosh côté marketing, que l’on imagine bouillante avec ce lancement, difficile de penser que Sosh arrivera à convaincre rapidement les plus initiés.

C’est d’autant plus vrai que si le réseau Orange était son principal argument, un opérateur comme YouPrice a su prouver qu’il était possible de proposer un forfait ajustable avec une option 5G, le tout sur le réseau de l’opérateur historique et sans doute plus avantageux sur le long terme.

Une information reste à être vérifiée, celle concernant le potentiel bridage du réseau. Pour offrir un abonnement 5G à un prix compétitif et sans limitation de durée en comparaison aux propositions d’Orange, il est possible que Sosh décide de restreindre les vitesses de son réseau 5G, comme ils le font déjà avec les connexions fibre de leur offre internet « La boite Sosh ». Cependant, d’après les documents contractuels, Sosh proposerait bien une 5G avec un débit théorique en téléchargement jusqu’à 2,1 Gb/s via les antennes 3,5 Ghz, cette information reste encore à vérifier concrètement.



Source de l'information : https://www.frandroid.com/marques/orange...t-genereux

Imprimer cet élément

  Disque de stockage 5D : le futur du stockage de données ?
Posté par : yoyo - 03-05-2023, 21:22 - Forum : News - Pas de réponse
Auteur

Le stockage 5D est une invention de chercheurs anglais de l’Université de Southampton. Découvrez ce que vous devez savoir à son sujet…

   

Les supports de stockage de données actuels présentent plusieurs points faibles. Au fil du temps, ils peuvent s’user, pourrir ou devenir obsolètes. De plus, les conditions météorologiques extrêmes peuvent les endommager.

C’est pourquoi une équipe de chercheurs de l’Université de Southampton en Angleterre a mis au point une technologie de stockage de données  » 5D  » ou cinq dimensions combinant les dimensions XYZ, le temps et la cinquième dimension qui est la taille et l’orientation par rapport à la position 3D des nano-structures. Le support de stockage 5D se présente sous la forme d’un disque composé de verre nano-structuré capable de résister à la chaleur ou à toute réaction chimique. Des rayons lasers ultra brefs permettront de former des points structurés à l’aide de courtes pulsations de lumière.

Le stockage 5D permet de préserver les données pendant 13 milliards d’années

Selon les estimations des chercheurs, ce support de stockage d’un genre nouveau peut stocker les données pendant 13,8 milliards d’années soit l’âge de l’univers. Le disque offre une capacité de 360TB, et peut résister à une température maximale de 1000 degrés.

Les chercheurs de l’université de Southampton cherchent à présent des partenaires industriels pour commercialiser leur disque. Cette invention pourrait notamment se révéler utile dans le secteur militaire, mais permettra aussi de répondre aux problématiques liées à l’explosion du volume de Big Data.

Néanmoins, le projet est encore en développement et plusieurs défis devront être relevés. Le prix élevé du verre rend cette technologie onéreuse, mais plusieurs innovations comme les alternatives aux lasers ultra brefs devraient permettre de remédier à ce problème. Cette technologie pourrait donc représenter le futur du stockage de données, même si d’autres alternatives comme le stockage ADN sont tout aussi intéressantes…


Site de l'article : https://www.lebigdata.fr/disque-stockage-5d

Imprimer cet élément